Si vous avez des difficultés à visualiser ce message correctement, cliquez-ici

Madame, Monsieur,

L'homme qui est accusé d'avoir enlevé, séquestré dans un coffre de voiture et violé la jeune Chloé Rodriguez était loin d'être inconnu des autorités.

Kamel Bousselat a en effet déjà été condamné à 13 reprises par différents tribunaux pour :

• vol aggravé,
• port d'armes,
• violence avec préméditation,
• menace de mort,
• exhibition sexuelle,
• agressions sexuelles

En 2007, il est arrêté à la suite d'une dizaine d'agressions sexuelles qui sèment une véritable psychose dans le Gard et le Vaucluse.

L'une des victimes a raconté comment Kamel Bousselat l'a agressée au cours d'une promenade à vélo. Il l'a jetée à terre, l'a poursuivie, l'a obligée à entrer de force dans son véhicule et tenté de la violer. Son mari a d'ailleurs déclaré : « Chloé comme ma femme sont encore vivantes par miracle ».

Mais savez-vous quelle peine cet individu a reçue pour cette horrible agression et pour toutes les autres qu'il avait commises à cette époque ?

3 ans de prison... en tout et pour tout alors que le Code pénal prévoit 15 ans de prison pour une seule tentative de viol.

Mais ce n'est pas le plus grave.

A sa sortie de prison, en septembre dernier, croyez-vous que la Justice a pris toutes les précautions qui s'imposent pour surveiller ce multirécidiviste ?

Pas du tout. Comme souvent dans ce genre de cas, la Justice ne s'en est absolument pas préoccupée :

• Les services d'insertion et de probation ont « oublié » de signaler la sortie de prison de Kamel Bousselat sur le fichier des auteurs des infractions sexuelles (FIJAIS) ce qui a empêché les gendarmes de détecter cette « fuite ».
• Kamel Bousselat n'a pas respecté son suivi judiciaire. Il a indiqué vivre dans un foyer, à Avignon, où il n'aurait pourtant jamais mis les pieds.
• Dix jours après sa libération, il ne s'est pas rendu à son rendez-vous de contrôle judiciaire.
• Aucune demande de recherche n'a suivi. La cause ? L'information se serait perdue entre les services...

Aujourd'hui, Christiane Taubira envisagerait une circulaire pour "faciliter la communication entre les services".

Alors je me permets de vous poser la question : est-ce que vous trouvez cela sérieux ? Croyez-vous qu'une mesurette de ce type suffira pour vraiment protéger les femmes et les enfants des prédateurs ?

Ou pensez-vous au contraire qu'il faut un véritable bouleversement de notre système judiciaire, afin que la protection des innocents soit sa priorité absolue ?

Si c'est le cas, merci de regarder la vidéo et de participer à notre grand référendum en cliquant ici.

C'est indispensable si nous voulons protéger des jeunes filles comme Chloé qui ne demandent qu'à grandir en paix et en sécurité.

N'hésitez pas à partager ce message auprès de tous vos contacts car c'est uniquement grâce à une mobilisation massive que nous réussirons à faire changer les lois.

Je compte sur vous. Ensemble, nous ferons la différence.

Laurence Havel
Institut pour la Justice



Institut pour la Justice

Institut pour la Justice - 140 bis, rue de Rennes - 75006 Paris
www.institutpourlajustice.com - www.publications-justice.fr

Si vous ne désirez plus recevoir notre lettre d'information, cliquez-ici